jeudi 23 octobre 2008

Une ligne de vie...

Dans le cadre de ma vie professionnelle, j’ai déjà eu l’occasion de passer quelques entretiens d’embauche, et encore plus de m’y préparer : repérer ses points forts et ses points faibles, être prêt à expliquer pourquoi l’on a fait tel choix de carrière, pourquoi l’on pratique telle activité et ce qu’elle peut nous apporter… Ceux qui ont pratiqué le même exercice me comprendront.

J’attends ainsi tranquillement le jour où un joyeux luron, se croyant plus malin que les autres, me demandera en quoi l’escalade peut enrichir mon travail d’équipe. Après tout, nous ne sommes que deux sur une paroi, parfois trois… Pourquoi ne pas avoir choisi de pratiquer du football, ou du volley, où l’individualité se noie dans l’intérêt commun ?

Que répondre d’autre que : « Citez-moi un autre sport où le partenariat entre deux personnes est plus vital qu’en escalade ? Citez-moi un autre sport ou une autre activité où votre relation à l’autre joue autant sur votre vie, votre sécurité, votre intégrité physique ? Citez-moi une autre activité où la confiance dans l’autre doit être plus forte, plus intense ? »

Beaucoup de personnes, bien plus expérimentées que moi, ont déjà écrit sur le lien puissant unissant deux grimpeurs ou deux alpinistes, sur ce lien symbolique qu’est la corde qui les relie ; ces liens tressés finement avec lesquels on s’encorde avant de partir et que l’on n’enlève jamais avant d’être revenu à bon port, quoi qu’il arrive. Parce que cette corde qui nous relie est un bien plus qu’un amalgame sophistiqué de Nylon…

Elle représente la sécurité. La sécurité pour chacun des grimpeurs qui en auront besoin pour amortir leurs chutes, ou leur permettre de prendre du repos dans un passage difficile. La sécurité rassurante d’un relais planté autour d’un arbre solide loin au-dessus d’une vallée embrumée…

Elle représente la confiance. La confiance du Premier de Cordée dans celui qui se trouvera à l’autre bout de la corde lorsqu’il n’arrivera pas à clipper sa dégaine, dans celui qui sera là pour tenir fermement sa vie entre ses mains lorsque ses jambes commenceront à tétaniser de fatigue et de peur. L’assurance pour les Seconds que quelqu’un se trouvera au-dessus d’eux pour les secourir et leur donner un coup de pouce dans une dalle décidément trop lisse. L’assurance pour les Seconds qu’un relais sûr et accueillant a été préparé et les attend au bout de ces quelques mètres de galère…

Elle représente le partage. Le partage entre tous les membres de la Cordée de chaque moment à partir de l’instant où le nœud est fait à celui où le baudrier est enlevé. Chacune de ces petites ou grosses galères, de ces bonheurs partagés qui resteront à jamais graver en eux, qui resserreront un peu plus ces liens déjà forts qui les ont décidés à enjamber ensemble ce vertigineux précipice. Avez-vous déjà grimpé à proximité d’une autre cordée composée de personnes proches, ou même d’amis ? Avez-vous eu le sentiment de partager avec eux autant qu’avec vos compagnons de cordée ? Vous n’avez pourtant évolué qu’à quelques mètres, voire sur la même voie et en même temps…

C’est pour tout ce que représente cette Ligne de Vie, que je répugne littéralement tant à la dénouer en plein milieu d’une ascension. Même unis ensemble par un solide relais, même si la sécurité de chacun est pleinement assurée, même si l’on se trouve si proches les uns des autres, tellement collés que l’on peut à peine bouger ; dès que ce lien est brisé, le destin de chacun n’est plus lié. S’il arrivait quoi que ce soit à ce moment précis, la corde ne serait plus là pour nous permettre de venir en aide à l’autre. Chacun se retrouverait seul et livré à lui-même, même si quelques mètres, quelques centimètres seulement nous séparaient.

Et pour ma part, cette Ligne de Vie symbolise encore bien plus intensément tout cela, parce qu’elle représente le moyen par lequel j’ai envie de partager mon bonheur et le plaisir que j’ai à grimper avec un groupe de personnes dont le cercle est plus prompt à se restreindre qu’à s’élargir : les compagnons de cordée en qui j’ai placé ma confiance, et plus important encore, qui ont acceptés de m’accorder la leur. Comme me l’a dit un grimpeur proche : « On ne part qu’avec ceux dont on sait qu’ils sauront monter la tente seuls, au Camp 2, à 6000m, parce que l’altitude nous aura rendu incapable du moindre geste efficace. On ne part qu’avec ceux qui sauront détecter notre point de rupture et sauront trouver les mots pour nous faire aller de l’avant. »

J’ai quelques projets alpins dans la tête, et le toit de l’Europe est en tête de liste. C’est un objectif qui me tient particulièrement à cœur et j’ai envie de me donner à fond pour le réaliser. Mais aujourd’hui je me demande à quoi cela servirait si, au terme de tous ces efforts, la seule personne qui sera avec moi au sommet était un Guide, compétent bien entendu, qui aura su m’emmener en toute sécurité à 4811 mètres, mais un Guide totalement inconnu, avec qui je n’aurai d’autres points communs que les dernières 48 heures.

Est-ce que j’ai réellement envie de faire toutes ces courses d’entraînement avec des personnes qui ne partageront pas l’assaut final ? Est-ce que j’ai réellement envie d’être le seul à avoir vécu l’aventure complète, de l’entraînement au collage des photos dans l’album ? Que valent les performances, les exploits, les efforts s’ils ne sont pas partagés ?

J’ai envie…

J’ai besoin…

J’ai terriblement besoin que cette corde, cette Ligne de Vie si tangible et concrète pendant ces quelques longueurs qui nous séparent de l’arête finale, se prolonge entre les courses, autour d’un verre, ou au-dessus d’une carte, en rêvant de la prochaine sortie… Que cette Ligne de Vie soit bien plus qu’une corde de 10mm… Qu’elle symbolise ce que je recherche au détour d’une arête, ce après quoi je cours au pied des falaises… Qu’elle soit l’occasion de partager sur une falaise avec ceux qui comptent pour moi…

J’ai trouvé ma Ligne de Vie, mon fil rouge, qui me tiendra la patte pendant quelques années encore, tant qu’Elle m’apportera quelque chose, tant qu’Elle m’aidera à avancer dans la vie…

Mais vous, avez-vous trouvé votre Ligne de Vie à vous ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire