vendredi 25 septembre 2009

Qui veut le programme de l'été 2010 ?

Et le voilà, ça y est ; le programme des prochaines vacances estivales est arrivé par la voie postale aujourd'hui même...

De la neige, du rocher, des vues magnifiques et de belles parties de rigolade avec les copains en perspective : le Topo de la Vanoise (1) me révèle désormais ses mystères...

Commandé sur TopoStation (2) pour confirmer la course de la Pointe du Dard, il me fait découvrir la Pointe de la Réchasse, à peine 6 mètres plus haut, et toujours pour les débutants. Deux jolies courses qui partent toutes les deux du même refuge, celui déjà connu du col de la Vanoise... Royal.

Mais d'autres courses mettent également l'eau à la bouche : la Petite Aiguille des Glaciers, la Pointe de l'Invernet ou encore les Vedettes du Ruitor, dans des difficultés légèrement supérieures, lorsque les techniques et les muscles seront rodés.

Quelques mois de trêve hivernale pour potasser les courses possibles, et mettre en place un petit itinéraire bien sympathique... Toujours partant les amis ?

(1) Le Topo de la Vanoise, Philippe Deslandes et James Merel
(2) 2 commandes à mon actif, livrées dans les mêmes délais qu'Amazon. Bonne pioche !

mercredi 23 septembre 2009

Risque d'ouverture des baudriers

Voici une discussion très intéressante sur les risques d'ouverture d'un baudrier, liés au système de boucles auto-bloquantes.

Le jeu de mises sous tension/hors tension successives sur ce type de fermeture pourrait entraîner l'ouverture complète de la sécurité. Il semble que cela soit arrivé à deux personnes dans des conditions assez similaires.

Bien que la probabilité que cela arrive soit faible, et que le danger est mineur si cela survient sur l'une des deux cuissardes (bien que parfaitement désagréable à vivre), la question prend un autre enjeu en ce qui concerne la ceinture abdominale...

L'un des moyens de sécuriser ce problème (tout du moins en partie), est de s'assurer que le mou supplémentaire de la sangle soit bien passé dans les élastiques (ou autre système suivant le baudrier) servant normalement à éviter que la sangle ne se balade un peu partout. Il faut bien entendu s'assurer de cette disposition pour chacune des sangles de votre baudrier préféré.

PitchOu, disposant de nombreux modèles de baudriers, avec des formes de boucles auto-bloquantes différentes, va faire quelques petits tests de son côté. Je vous tiendrais au courant dès que j'en sais plus.

Merci à PitchOu pour l'information.

mardi 22 septembre 2009

Ouverture de voie (2)

Dans le cadre de la rentrée du CAF de Lille, nous avons décidé de démonter entièrement les prises de notre mur principal et de ré-ouvrir l'ensemble des voies, dont certaines existaient depuis sa création, quelques années auparavant. L'occasion pour moi de créer une série de billets expliquant comment ouvrir des voies tout en m'appuyant et présentant notre expérience de grande ampleur.

Dans ce précédent billet, nous avons parlé du démontage et du nettoyage des prises. Nous allons maintenant voir la phase suivante : la sécurisation de vous-même et des autres.

A l'heure où j'écris ces quelques lignes, la grande majorité des prises de notre mur ont été replacée. Suffisamment, tout du moins, pour assurer la réouverture du club, sous la pression constante de nos chers adhérents, toujours très nombreux au début d'année. Cela fait évidemment plaisir de voir que l'escalade reste prisée par toutes les tranches d'âges, mais cela complique également notre travail d'ouvreur.

Comment travailler en sécurité pour nous et pour eux ? C'est que nous allons voir dans ce billet.

Ouvrir en dehors des heures d'ouverture
j'aime bien ce titre... ;-)

Dans le cas d'une association ou d'un club, je ne peux que vous conseiller d'ouvrir vos voies en dehors des heures d'ouvertures normales : vous ne monopoliserez pas les voies que des personnes souhaiteraient grimper, vous travaillerez dans le calme, sans la pression du temps qui passe et ne mettrez pas en danger les grimpeurs.

Attention cependant à ne pas vous retrouver seul dans la salle. Si vous avez le moindre problème, vous ne serez plus en mesure d'être aidé.

Dans le cas où vous ne pouvez pas, vous allez devoir prendre toutes les précautions possibles pour gêner le moins possibles et travailler sans mettre vos collègues en danger.

Signaler votre présence

Aussi stupide que cela puisse paraître en escalade, peu de personnes pense à regarder en l'air pendant qu'ils marchent au pied d'un mur, que ce soit lors de l'ouverture de voies ou non. Si si, lors de votre prochain voyage en SAE, regardez autour de vous, vous verrez. Il vous appartient donc de signaler votre présence dans les airs.

Le plus efficace est encore de placer des cônes visibles (cf. photo) afin de délimiter une zone couvrant le pied de votre voie, mais également la zone dans laquelle les prises et autres objets que vous ne manquerez pas de lâcher risquent de rebondir. Même une prise qui tombe droit a toujours une chance de rebondir et d'aller faucher les jambes de vos compatriotes...

N'hésitez pas à voir un peu large, d'autant plus s'il y a beaucoup de monde en bas. En faisant cela, vous allez cependant condamner plus de voies que celles sur lesquelles vous allez travailler. Préparez-vous donc à accueillir la furie de vos collègues.

Vous encorder

J'ai déjà observé de nombreuses façons différentes d'encordement possible pour ouvrir une voie. Chacune a ses avantages et inconvénients. Ce sera donc à vous de faire un choix parmi celles existantes, en fonction de vos préférences propres, et surtout du matériel dont vous disposez.

La plus simple reste encore de vous encorder classiquement : en moulinette. Cependant, je doute que votre assureur, après 4 heures d'ouverture, accepte de renouveler l'expérience.

Celle que je préfère consiste à fixer un brin de la corde aux deux premières plaquettes de la voie, à l'aide de mousquetons, et de vous auto-assurer au GriGri sur l'autre brin. Vous pouvez ainsi monter et descendre le long de la corde sans souci. A partir du moment où vous reliez la corde au mur, il faut toujours le faire sur deux points séparés. Attention cependant à ce que la sécurité de votre GriGri reste bien dégagée ! Des accidents sont arrivés alors que le sac de prises, fixé sur le même brin que le GriGri, glisse le long de la corde et vienne se mettre en butée, envoyant le grimpeur au sol aussi sec. Une sécurité consiste à faire un noeud de vache à quelques mètres du sol, vous arrêtant à temps, mais après un joli vol.

Une autre solution consiste à utiliser un Shunt directement sur les deux brins de la corde. Là encore, un noeud de vache bien placé vous évite de désagréables surprises.

Manipuler le matériel de façon adéquate

Une fois en l'air, le plus grand danger est de lâcher un élément (le tournevis ou une prise par exemple), et qu'il tombe sur une personne en-dessous.

Le tournevis peut généralement se fixer facilement à votre baudrier à l'aide d'une cordelette.

Vous pouvez utiliser une deuxième corde pour fixer votre sac de prises (avec un système d'assurage similaire à celui que vous utilisez pour vous-même).

Si jamais vous devez lâcher volontairement quelque chose, faites-le en imprimant volontairement un mouvement de rotation horizontale, de façon à ce que l'objet rebondisse un minimum sur le sol. Pensez néanmoins que lâcher une prise la fragilise, et risque de percer le tapis de sol.


Quelles que soient les solutions que vous choisissez, pensez que vous n'êtes pas seul sur le mur. N'hésitez à expliquer encore et encore ce que vous faites afin que l'on vous remarque. Si vous intéressez les autres grimpeurs à votre travail, il y a plus de chance pour qu'ils fassent attention.

Dans le prochain billet, nous verrons quelles sont les grandes lignes à suivre pour ouvrir une belle voie.

ligne2vie et ses auteurs ne sauraient être tenus pour responsables des incidents pouvant survenir suite à l'utilisation des techniques présentées sur ces pages. La lecture de ces modestes pages ne vous dispense pas de faire valider vos connaissances et votre formation par une personne qualifiée.

lundi 21 septembre 2009

Que la Montagne est belle !

"Que la Montagne est belle" est une opération créée par la FFCAM en 2005 pour rappeler son attachement à une pratique sportive respectueuse du patrimoine naturel et humain. Clubs et comités départementaux et régionaux se mobilisent chaque année en septembre, en organisant différentes manifestations : sorties à thème, expositions, conférences, jeux, opérations de nettoyage afin de faire découvrir leurs lieux de pratiques en montagne comme en plaine.
[Extrait de la présentation de l'opération, édité par le CAF]

Le CAF de Lille se devait de participer à cette opération en proposant un week-end à Freyr, composé d'une phase de sensibilisation au milieu montagnard, et bien entendu, de grimpe sur le réputé spot belge.

Vous pouvez vous inscrire auprès du CAF de Lille, durant notre permanence du jeudi de 20h à 22h ; soit en vous rendant sur place (42, rue Gantois, 59000 Lille) soit en téléphonant au 03.20.30.74.03.

Protégeons notre terrain de jeu !

jeudi 10 septembre 2009

L'Euphorie des Cimes

A travers les quelques pages d'un livre qui se lit facilement et rapidement, Anne-Laure Boch, Chirurgien de son état, mais également Philosophe et surtout Alpiniste à certaines réalisations marquantes, nous emmène sur un chemin moins dangereux mais tout aussi ardu, celui de la réflexion, en nous posant la question pourtant simple Pourquoi grimpons-nous ? Question simple en apparence, mais qui n'a jamais trouvé une autre réponse que "bah, j'aime bien..." ?

En revenant sur les qualités essentielles d'un Alpiniste, les réelles et celles perçues par le commun des mortels et en comparant cette activité avec celle de l'Escalade et surtout de la Randonnée, elle propose un ensemble d'éléments de réponse, dans lesquels vous serez libre de piocher pour composer ou vous rapprocher de votre propre vision de la Montagne.

L'Euphorie des Cimes nous éclaire ainsi un peu plus sur ce qui nous pousse réellement à chausser les crampons et à sortir dans le froid en quittant la chaude et sécurisante atmosphère du refuge... Il est cependant dommage que l'euphorie du titre, si prometteur et si proche de ce que je dois probablement rechercher personnellement, ne se retrouve pas autant dans le texte. Mais comment trouver sur du papier, ce que l'on ne trouve qu'à partir de l'endroit où les arbres cessent d'exister ?

mercredi 9 septembre 2009

Ouverture de voie (1)


Dans le cadre de la rentrée du CAF de Lille, nous avons décidé de démonter entièrement les prises de notre mur principal et de ré-ouvrir l'ensemble des voies, dont certaines existaient depuis sa création, quelques années auparavant. L'occasion pour moi de créer une série de billets expliquant comment ouvrir des voies tout en m'appuyant et présentant notre expérience de grande ampleur.

C'est le plus joli mur dont dispose le CAF de Lille, dans le cadre de son activité de club. C'est aussi le plus fréquenté. Ce qui complique considérablement la tâche des ouvreurs, déjà peu nombreux à être réellement actifs, afin d'opérer régulièrement et en toute sécurité (pour eux, et pour les grimpeurs). Nous avons donc décidé de profiter du contexte de la rentrée pour décaler l'ouverture de la salle d'une semaine et de nous retrouver tous les soirs dans la salle de François Coppée afin de ré-ouvrir l'ensemble du mur.

Qu'est-ce quoi qu'est qu'ouvrir une voie ?

En milieu naturel, ouvrir une voie c'est parcourir une partie de falaise (ou de montagne) qui n'a jamais été pratiquée auparavant. Lorsque vous ouvrez une voie en extérieur, vous êtes donc le premier, et vous bénéficiez généralement d'une bonne réputation, en particulier pour les voies difficiles ou engagées. Les répétiteurs sont ceux qui reproduisent l'itinéraire d'une voie qui a déjà été ouverte.

En Structure Artificielle d'Escalade (SAE), ouvrir une voie consiste à poser l'ensemble des prises qui constituera la voie. Toute comme en extérieur, vous aurez le droit de lui donner un nom et de proposer une cotation, qui sera, ou non, validée par les répétiteurs.

Le démontage du mur.

Le premier soir de la semaine de notre grande opération Ouverture, nous avions décidé de le dédier au démontage de la plus grande majorité des prises du mur. Cela devait nous permettre plusieurs choses :

  • Nettoyer l'ensemble des prises, dont certaines commençaient sérieusement à perdre de leur éclat,
  • Regrouper toutes les prises afin de former de nouveaux jeux pour faire des voies totalement différentes (tout au long de l'année, nous avions plutôt tendance à démonter une voie et la ré-ouvrir ailleurs avec un jeu de prises très peu modifié, ce qui ne favorise pas forcément la nouveauté),
  • Réorganiser totalement le mur, en remaniant les jeux de couleurs de façon à ce que le tout soit plus clair.

C'est donc avec une bonne humeur certaine que nous nous sommes tous retrouvés lundi, que nous avons échangé nos souvenirs de vacances et que nous nous sommes mis à la tâche : 5 grimpeurs ont passé près de 2 heures à démonter les prises, pendant que 5 autres personnes se relayaient pour les nettoyer.

Pour le démontage du mur, prévoyez de quoi vous assurer (cf. le billet suivant sur le sujet), un jeu de tournevis correspondant aux vis que vous allez retirer et un grand sac recueillant les prises. Assurez-vous bien que le sac soit suffisamment solide pour contenir toutes les prises. Veillez également à le vider régulièrement, à l'aide d'une personne restée en bas.

Note : si vous effectuez le démontage de l'ensemble d'un mur, assurez-vous de conserver suffisamment de voies faciles vous permettant de reposer les cordes en haut des voies (vous en aurez besoin plus tard pour ouvrir les voies). Dans certains cas, le mur est équipé de cordelettes qui permettent de placer les cordes sans avoir à grimper.

Le nettoyage des prises.

Là, Jean-Noël a fait toute la différence. Il nous a rejoint avec tout l'attirail du Nettoyeur :

  • 1 grande poubelle étanche,
  • 1 grand panier (type bac à linge) disposant d'ouvertures importantes et rentrant dans la poubelle,
  • Une bouteille d'acide,
  • 1 brosse à poils durs.

Le principe est simple : remplissez la grande poubelle avec de l'eau chaude (ce qui accélère le séchage) et un peu d'acide (je ne connais pas le dosage, mais il n'en faut pas beaucoup). Remplissez ensuite le panier de prises, et plongez-le dans la poubelle de façon à ce que toutes les prises plongent dans l'eau. Faites faire plusieurs tours au panier pour bien brasser les prises, puis sortez-le et rincez les prises afin que l'acide ne vous ronge pas les mains. Prise par prise, vérifiez qu'un petit brossage ne soit pas nécessaire pour terminer le nettoyage. Mettez les prises à sécher.

Certains produits spécifiquement dédiés au nettoyage de prises existent sur le marché : il supprime la magnésie ainsi que les traces de gomme. Je vous laisse chercher les fournisseurs sur le net.

Dans le prochain billet, nous verrons comment préparer l'ouverture d'une voie : prévenir les risques liés à l'ouverture, choisir ses prises, s'auto-assurer.

vendredi 4 septembre 2009

Premier article sur les Dossiers de ligne2vie


Grande nouvelle !

Depuis le temps que j'y réfléchis et que je ressasse le projet dans ma tête, ça y est : le premier article des Dossiers de ligne2vie vient d'être publié, ce qui lance officiellement par la même occasion cette nouvelle partie du site. Et ce n'est rien de moins qu'une vidéo d'apprentissage...

Vous pouvez désormais apprendre à vous encorder à l'aide d'un Double Huit. Simple mais efficace pour un début. Le travail du rappel ou du relais viendra plus tard, quand je maîtriserai la caméra et le montage vidéo.

Ne vous formalisez pas pour la forme du site : c'est moche, et ça le restera probablement. Je n'ai ni le temps ni l'envie de me replonger dans la mise en place d'une plateforme complète. La solution Google Sites est rapide et suffisamment efficace pour héberger un contenu auquel je préfère me consacrer : produire des vidéos claires et ayant un réel intérêt pour les grimpeurs de la toile.

Libre à vous de commenter et de proposer de nouveaux sujets d'articles et de vidéos !