vendredi 6 novembre 2009

Risque d'ouverture des baudriers (2)

Je vous en parlais récemment dans ce blog ; un grimpeur malchanceux s'est retrouvé avec une jambière de son baudrier totalement défaite. Après quelques tests, il a remarqué que le système de boucles auto-bloquantes pouvait s'ouvrir sous certaines conditions.

J'ai moi-même réalisé quelques tests sur des baudriers dont voici la liste (certains m'ont été confié par PitchOu, que je remercie au passage) :
  • Le Soleus d'Edelrid,
  • Le Focus de Mammut,
  • Le R320 d'Arc'Teryx,
  • Le Corax de Petzl (dans une version qui date de 2000, à peu près),
  • Le Focus SA de Black Diamond.
Pour chacun de ces baudriers, j'ai réalisé des mises en tensions/hors tensions successives et répétées de la sangle abdominale dans les 4 cas suivants :
  • Le baudrier à vide (sans être sur moi) et les sangles en dehors des élastiques de maintien,
  • Le baudrier à vide (sans être sur moi) et les sangles dans les élastiques de maintien,
  • Le baudrier sur moi et les sangles en dehors des élastiques de maintien,
  • Le baudrier sur moi et les sangles dans les élastiques de maintien.
Les conclusions sont plutôt rassurantes dans l'ensemble, bien que certaines surprises se soient révélées :
  • Le R320 de Arc'Teryx a ses bouts de sangles qui sont cousues vers l'intérieur du baudrier, ce qui peut venir faire appui sur la partie abdominale, et favoriser l'ouverture du système. C'est le seul baudrier sur lequel j'ai réussi à reproduire l'ouverture sans que le baudrier soit sur moi et sans que les sangles soient maintenues par les élastiques de maintien,
  • Le système de fermeture du Soleus est le seul sur lequel j'ai réussi à déserrer de façon significative la partie abdominale, mais sans que le système s'ouvre totalement, quand je portais le baudrier sans que les sangles soient passées dans les élastiques de maintien. La petite couture présente sur la sangle est systématiquement venu empêcher l'ouverture totale du système.
Dans aucun des différents tests que j'ai effectué, je n'aurai été mis en danger si j'avais été en pleine voie. Il s'avère cependant que passer les sangles dans les élastiques de maintien rend beaucoup plus difficile, pour ne pas dire impossible, le fait que les sangles commencent à se déserrer. Je ne peux donc que vous recommander d'opérer ce petit réglage.

De plus, et c'est assez évident, mais il est important de le signaler, si le baudrier est correctement serré dès le départ, le risque de relâchement de la sangle abdominale est infime, alors qu'il devient plus facile de provoquer le déserrement de la sangle si elle est un peu lâche au début du test et, ce, que le baudrier soit à vide ou sur le grimpeur.

Pensez donc à vérifier que votre baudrier soit correctement serré, et que les sangles soient correctement passées dans les élastiques de maintien. Cela évitera des incidents désagréables...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire