lundi 14 juin 2010

Objectif Pralognan (Jour 1)

Après avoir rêvé le programme de l'été 2010, voilà que le rêve prend doucement vie dans la réalité. Nous serons finalement une cordée de 3 jeunes zigotos à partir fouler la glace et la neige du parc de la Vanoise, accompagnés de 2 jolies demoiselles qui s'arrêteront faire bronzette au refuge, et admireront les marmottes et les bouquetins.

Notre camp de base se situe donc juste à côté de Pralognan-la-Vanoise, au lieu-dit Les Granges.

Le premier jour, après avoir loué tout le matériel qui nous manque actuellement (chaussures, piolets et crampons), nous nous élèverons donc doucement et tranquillement vers le Refuge du Col de la Vanoise. Celui-ci est situé au pied de la renommée Grande Casse et non loin du non moins connu Couloir des Italiens. Nous laisserons cependant ces voies d'exceptions pour nous concentrer, les jours suivants, sur deux courses bien plus faciles : la Pointe du Dard et la Pointe de la Réchasse.

La montée vers le refuge débute normalement au parking des Fontanettes (7km pour 800m de dénivelé positif), mais nous envisageons de partir directement de notre gîte pour ne pas bouger la voiture. 3km et 200m de dénivelé positif seront alors à ajouter au compteur. Un départ, depuis les Granges, de bonne heure le matin nous permettra de casser la croûte au refuge après un peu plus de 3 heures de marche. Approximativement, cela donne donc:


En rouge, la partie optionnelle. En vert, la voie normale de la montée au refuge, qui épouse le GR55. Elle contourne notamment l'arête de la Vanoise. En bleu, tout en haut, le refuge du Col de la Vanoise.

Une fois bien rassasiés, point question de lézarder au Soleil ! La première après-midi sera consacrée au repérage de la montée au glacier de la Réchasse, un peu compliquée à suivre malgré la présence de kairns salvateurs. Nous devrons en effet la répéter le lendemain matin, dans la fraîcheur de la nuit, afin d'arriver à l'aube au pied du glacier.

Une fois le glacier repéré, nous en profiterons pour chausser les crampons et mettre en pratique les techniques de sécurité (encordement, franchissement de crevasse et mouflage) avant le grand saut, le lendemain.

2 commentaires:

  1. L'homme pressé15 juin 2010 à 12:43

    Zigotto toi même.
    Quelle prose ? Quel stress ...

    Tu es le chef organisation : attention, ne nous déçoit pas :-)

    RépondreSupprimer
  2. Pour l'instant, no stress. Ou uniquement du bon. De l'excitation en veux-tu en voilà ! haha ! C'est pour bientôt. J'espère que toutes les conditions seront favorables...

    RépondreSupprimer