vendredi 31 décembre 2010

Cascades ? En veux-tu, en voilà

L'hiver est décidément bien installé sur l'Hexagone. Depuis la mi-décembre, le nombre de mises à jour du site Ice Fall est impressionnant, d'autant plus que les sorties sont quotidiennes. Elles sont si nombreuses (mais je n'ai pas d'éléments de comparaison, j'ai découvert le site récemment) qu'il semble que, du jour au lendemain, toutes les cascades de glace aient été en condition.

Pour ceux qui s'intéressent à la Cascade de Glace, cliquez ici pour voir les mises à jour du site.

lundi 27 décembre 2010

Echappées Belles

Dans son livre "Echappées Belles", aux éditions Hoëbeke, Charlie Buffet nous emmène dans une réflexion sur les risques et les valeurs de l'alpinisme de haut niveau, à travers les récits de 15 accidents de montagne, à l'issue plus ou moins tragique. Tous ces évènements ont touché des sommités de ce sport à part : Edward Whymper, Reinhold Messner, Patrick Berhault ou encore Catherine Destivelle. Tous sont revenus pour en témoigner et livrer leurs impressions sur le moment où leur vie a (failli) basculé. Tous ne sont plus là aujourd'hui pour continuer d'en parler...

La définition du terme "échappée belle" proposée par l'auteur dès l'avant-propos donne déjà à réfléchir sur notre relation à la vie : "L'échappée belle se situe dans l'espace entre la vie qui vacille et la vie retrouvée. Qu'il dure quelques secondes ou quelques jours, cet entre-deux ne ressemble pas à ce qu'on peut imaginer avec nos références d'en-bas."

Le récit et l'analyse de chacun de ces évènements, abordés tant du point de vue technique que psychologique, voire parfois mystique, sont prétextes à faire découvrir le milieu de l'alpinisme de très haut niveau, le mental d'acier et l'expérience que se sont forgés ces hommes et femmes qui ont consacré leur vie à l'ascension des sommets les plus hauts, les plus exposés et les plus lointains. Ce sont ces mental et expérience qui leur ont permis de se sortir de ces mauvais pas alors que, souvent, se sont un relâchement de la vigilance ou une erreur (toujours idiote) qui les y ont faits tombés. Les plus Grands sont soumis aux mêmes lois que le commun des mortels. A nous d'en tirer les bonnes conclusions...

Chacun de ces récits est abordé de manière chronologique ; le premier concernant Edward Whymper lors de son exploration du Cervin en 1862, le dernier relatant la revanche de Messner sur le Nanga Parbat dans les années 2000. Cette fresque historique est l'occasion de comparer les époques, les matériels, les techniques et surtout les hommes et leurs valeurs : on n'aborde en effet pas de la même façon une face Nord de nos jours qu'une voie normale il y a 150 ans.

Un point intéressant est la similitude des impressions ressenties par presque tous les alpinistes ayant chuté (tous les récits ne sont pas des chutes), quelques soient l'époque, le lieu, les conditions : une hyperconscience au moment de la chute permet une analyse froide, ultra-rapide des évènements, de leurs conséquences et des solutions à apporter avant même que la chute soit terminée ; un dédoublement de la personnalité permet au grimpeur de se voir de l'extérieur et de ne pas ressentir d'émotions, ni même de peur de la mort, alors que les spectateurs de sa chute sont souvent glacés d'effroi. Cette constatation, faite par l'auteur sur les différents témoignages recueillis, mais également par d'autres psychologues, apporte des questions intéressantes - mais peu de réponses - sur notre relation à la mort.

Certains points viennent cependant gâter le livre.

L'épilogue est l'occasion d'une dissertation sur la reprise des valeurs de la montagne par le nazisme : on ne le voit pas arriver, on voit difficilement la relation avec le reste de l'ouvrage. Le sujet est probablement très intéressant mais trop sensible à mon goût pour faire l'objet d'un demi-chapitre mal amené et trop peu poussé, qui ressemble plus à un semblant de règlement de comptes qu'à une analyse complète et objective. Je vous déconseille la lecture de cette partie du livre...

Et puis l'édition est bourrée de fautes, parfois grossières, de mots oubliés, de ponctuation envolée... Cela gâche le plaisir de la lecture.

Un livre correct donc ; au fond intéressant mais à la forme parfois incomplète. A prendre en version de poche si possible, pour limiter la perte financière.

jeudi 23 décembre 2010

L'hiver est là

La bise est venue, amenant avec elle la blancheur dans les campagnes, la joie dans le coeur des enfants vacanciers et des couleurs nocturnes aussi étranges qu'envoûtantes. Encore faut-il avoir le courage de quitter la chaleur de son lit douillet... Une fois n'est pas coutume, les lumières de la ville ne cachent pas le spectacle de la nuit mais le créent. Profitez citadins !

La neige est là, et ne donne pas l'impression de vouloir repartir de sitôt. Tant mieux ! Qu'importe le froid mordant, les glissades sur les trottoirs ou les temps de trajet pour aller gagner de quoi payer la location des skis ! Les couleurs du paysage et les batailles de boules de neige compensent largement...

Inutile donc de se sentir dépourvu.