mercredi 24 août 2011

La Corderie Royale

Lors de mes dernières vacances estivales, j'ai eu l'occasion de visiter la Corderie Royale, située à Rochefort, ainsi que le site de construction de l'Hermione. Au-delà de l'histoire et de l'intérêt que présentent ces deux sites pour la navigation maritime française, les différentes salles de présentation de la Corderie Royale nous en apprennent énormément sur la confection et l'utilisation des cordages d'autrefois (maritimes pour ceux fabriqués dans ce lieu mais le concept est le même pour d'autres usages, y compris pour les cordes en chanvre encore utilisées au milieu du siècle dernier).


Le musée met également (rapidement) en avant la comparaison de ces cordages avec les techniques d'aujourd'hui, y compris les cordes dynamiques d'escalade et celles, statiques, de la spéléologie. Le gain de productivité est impressionnant. A diamètre égal (2 centimètres), une corde en chanvre cède au-delà de 3 tonnes tandis que les cordes Dyneema supportent 14 tonnes (1) ! Le diamètre des cordes actuelles n'est d'ailleurs pas limité par la technique, puisque les fabricants pourraient encore descendre tout en restant dans les normes de l'UIAA, mais par la morphologie de la main qui ne serait pas capable de tenir les brins, trop fins, en cas de choc.


Une machine est d'ailleurs présente dans le musée pour présenter la façon dont sont confectionnées les cordes actuelles. Il est ainsi aujourd'hui possible de tresser des cordes avec des motifs complexes et variés, de façon totalement automatique. Cette machine moderne est mise en parallèle d'une démonstration de fabrication de corde en chanvre tel que le faisait les artisans, sous Louis XIV. Je n'ai malheureusement pas pu produire un film plus long que celui-ci, faute de réactivité (vous m'en voyez désolé) :


Le gros plan sur la machinerie :


Que vous soyez grimpeurs et curieux de la technique ou curieux tout court, je vous conseille la visite du musée de la Corderie Royale, dont les différentes salles sont très bien conçues et laisse la part belle aux enfants (petits ou grands).

Tout cela me fait d'ailleurs rappeler qu'il me semble être possible de visiter l'usine Petzl. Mes amis de Pofroad l'ont déjà fait, mais je ne sais pas si leur usine est ouverte au grand public...

(1) Source Site de La Corderie Royale

jeudi 18 août 2011

Blague Carambar

J'ai toujours essayé de maintenir un certain niveau de qualité sur ce blog, et j'ai donc honte de ce que je vais faire mais je ne résiste pas. Voici, pour la première fois en 3 ans d'existence de ce blog, une blague Carambar :


Que fait de la salade à la montagne ?




De la mâche à pied.

jeudi 11 août 2011

Le physique compte un petit peu quand même...

Quand certains mettent près de 4 heures à faire 900 mètres de dénivelé (de 3100 à 4015 mètres) et mettent près de 9 heures à tout redescendre, d'autres font le Mont-Blanc à la journée, en se permettant même de rater le Train du Mont-Blanc et de finir à pied.

Bien sûr, l'entraînement et la pratique ne sont pas probablement certainement pas les mêmes. Le physique non plus d'ailleurs. Mais je suis toujours étonné de la capacité de certains à soutenir un rythme rapide pendant de longues heures, avec la même charge que les autres. Inutile d'expliquer l'avantage que cela apporte en montagne...

Et ils sont bougrement nombreux ceux qui ont cette capacité.

Il est évidemment facile d'en croiser en montagne. Il suffit de parler avec un guide pour prendre la mesure des possibilités du corps humain. Le dernier que j'ai croisé nous a raconté que l'un de ses collègues avait apporté une pizza à un refuge en la portant tel un serveur tout le temps de la montée (imaginez les crampes au bras). La pizza était encore chaude à l'arrivée... alors que les gens "normaux" mettaient plus de deux heures à atteindre le refuge. Lui-même avait dû redescendre la veille dans la vallée pour consulter un médecin, après la course du jour. Le soir même, il était de nouveau au près de ses clientes, au refuge, pour repartir le lendemain.

Lors de notre montée au Refuge du Glacier Blanc, nous avions croisé un alpiniste qui redescendait de la Barre des Ecrins. Il était à peine midi qu'il était déjà presque au Pré de Madame Carle. Deux jours plus tard, à midi également, nous passions à peine le Refuge des Ecrins et nous n'avions fait que le Dôme...

Même en excluant les "champions" qui en ont fait une discipline et sont sponsorisés, les exemples de ce type sont légions. Et certaines personnes que je côtoient, "en plaine", s'en rapprochent sans pour autant avoir un entraînement extraordinairement intense... Je ne me suis jamais considéré comme particulièrement physique (et pour cause...) mais, de temps en temps, je me sens floué...

D'où la question : choisissons-nous une activité, voire une passion, parce que nous sommes naturellement taillés pour ? Est-ce notre corps qui nous pousse inconsciemment à pratiquer un sport en particulier ? Avec de l'entraînement, sommes-nous tous capables des mêmes choses ?

Je n'en sais rien. Je suppose que notre corps a ses spécificités qui nous rend meilleurs dans une discipline ou dans une autre et que même un entraînement intensif ne pourra pas toujours compenser une faiblesse naturelle. Cela ne doit cependant freiner personne à faire ce qu'il aime... Notre esprit est bien plus fort qu'on ne le croit et peut amener le corps à faire biens des choses. S'il y a une chose que j'ai appris en montagne, c'est bien celle-là : les limites, physiques et mentales, que l'on s'imagine sont souvent bien loin de la réalité...

Je profite de ce billet pour vous recommander la lecture du blog de mon confrère Apoutsiak. Vous y découvrirez bien plus de courses d'alpinisme que sur ce blog et elles sont toujours accompagnées d'une vidéo. Un vrai passionné !

lundi 1 août 2011

El Teide : l'observatoire naturel européen

Je viens de retrouver un vieux billet que je voulais vous partager il y a quelques temps déjà. Je l'avais trouvé sur kairn.com et il m'avait donné envie de me rendre aux Canaries, juste pour la vue...


The Mountain from TSO Photography on Vimeo.

Je vous engage d'ailleurs à aller voir les deux autres vidéos sur la page Viméo de l'auteur.

Il faut savoir que El Teide est un volcan des Canaries qui est réputé pour être un excellent observatoire d'étoiles, presque aussi bon que ceux des Andes. C'est un rêve pour moi de voir ces nuages vaporeux distants de plusieurs millions de kilomètres de nous. Un beau voyage en perspective !