mardi 22 mai 2012

Erhard Loretan, respirer l'odeur du ciel

Erhard Loretan. Un homme dont j'ai probablement du découvrir pour la première fois le nom dans la presse spécialisée relatant un banal accident de montagne qui lui aura coûté la vie. Un alpiniste dont je ne connais rien ou presque. Et pourtant...

Le troisième homme au monde à avoir boucler le défi des 14x8000. L'un des rares à être parti conquérir l'Antarctique. L'un de ceux unanimement encensé comme étant l'un des meilleurs de sa génération. Un novateur dans le domaine de l'himalayisme, bousculant les conventions en réalisant les courses sans repos et sans matériel dans le seul objectif d'aller vite. Très vite. Un peu comme Berhault le faisait.

Mais ce reportage de la RTS ne met pas en avant le sportif accompli et ses exploits ; il met en avant l'homme avec ses faiblesses et sa passion de la Montagne. Son amour de la vie et son envie de partage. Loretan fut probablement un vrai compagnon de cordée, comme beaucoup d'autres "grands" de l'alpinisme ne le furent pas.

Ce reportage est plein de justesse sur ce que la Montagne est et offre. La plaisante souffrance physique de l'effort, si facile à supporter et endurer car l'alpiniste est le seul à l'avoir souhaité. Tout ce que la société ne lui offre plus du tout, dans sa course au risque zéro. Cet instant de grâce au moment où le pied foule le sommet.

Il termine sur une très belle pensée :

On ne peut pas fréquenter les cimes, aller au lieu où le Ciel et la Terre se rencontrent ; sans que l'on soit saisi et par l'un et par l'autre ; et l'on ne peut pas toucher le Sommet d'une Montagne sans respirer l'odeur du Ciel.

Erhard Loretan, respirer l'odeur du ciel

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire