jeudi 20 décembre 2012

14x8000 ou 17x8000 ?

L'information semble être passée un peu trop discrètement dans le monde de l'alpinisme, tant les conséquences qu'elle pourrait avoir sont importantes : des géographes chinois ont estimé l'altitude de trois nouveaux sommets à plus de 8000 mètres les faisant devenir ainsi de fait des sommets à part entière et non plus des sommets secondaires.

Le nombre de 8000 passerait donc de 14 à 17.

Les sommets concernés sont :
  • l'Annapurna Est à 8103 mètres,
  • l'Annapurna Central à 8011 mètres,
  • Le Shishapangma Occidental à 8008 mètres. 
C'est une remise en cause fondamentale de plusieurs points :
  • Notre planète est loin d'être entièrement connues et considérée de la même façon par toutes les nations ; les conventions de chacun les menant à aborder les choses différemment,
  • Le "challenge des 14x8000" pourrait ne plus être valable car incomplet. Que deviendrait alors les records passés ? Comment considérer Reinhold Messner, premier à avoir gravi la totalité 14x8000 ; tout comme les suivants, premiers détenteurs d'un record ou non ?
Cela pose aussi plusieurs questions intéressantes pour comprendre les informations qui nous sont données, voire enseignées dans les écoles.

Quelle est la définition d'un Sommet ?

La définition d'un Sommet est variable selon l'entité qui la donne, le pays dans lequel elle se trouve, la culture sociale et scientifique de laquelle elle dépend. Une définition générique est "point le plus élevé de quelque chose".

Mais cela veut-il dire que le Mont-Blanc est le seul sommet de toutes les Alpes ?

On voit très rapidement que cette définition seule n'a pas de sens et que, si elle peut facilement être appliquée en détail à un massif tout entier ou à un groupe de montagnes, elle devient très rapidement litigieuse dès lors que l'on parle de sommets sur une même arête, ...

La notion de culminance peut ainsi rentrer en ligne de compte afin de séparer deux points culminants entre eux et les considérer comme deux sommets distincts. Suivant les paramètres choisis, un Sommet peut devenir un Sommet secondaire voire une simple protubérance. Ou inversement.

L'UIAA définit par exemple que deux sommets sont distincts l'un de l'autre s'ils ont une différence d'au moins 30 mètres. Cela amène cette entité à définir une liste précise de 82 sommets de plus de 4000 mètres dans tout l'arc alpin. D'autres listes définissent cependant de 50 à 89 sommets principaux, dans ce même massif.

Quel référentiel est utilisé pour mesurer l'altitude ?

Il est communément admis qu'une altitude est mesurée par rapport au niveau de la mer. Cela est valable dans différents domaines que ce soit la géographie ou l'aéronautique (pour partie d'ailleurs).

Mais là encore, cela pose différents problèmes.

Le niveau de la mer est variable en fonction des cycles de la Lune. Nous ne pouvons peut-être parler que de quelques mètres mais ce point devient important lorsqu'il s'agit d'ajouter ou de retirer des sommets de la liste des plus de 8.000, voire 7.000 de laquelle dépend des challenges, la reconnaissance médiatique et mondiale de certains alpinistes, sans parler de la science et la connaissance de la Terre en elle-même...

Certains sommets se trouvent loin de la mer, ce qui complique la prise de mesure.

Et puis, le changement de référentiel bouleverserait la donne mondiale.

Si l'on considère que l'altitude d'un sommet devient la différence entre sa base (mais qu'est-ce que la base d'une montagne ?) et son point le plus haut, l'Everest perdrait sa place de Toit du Monde pour la laisser au mont Mac Kinley, au Kilimandjaro ou au Nanga Parbat. Si la base devient le plancher océanique, c'est le Mauna Kea qui rafle la mise.

Un autre référentiel possible serait de prendre le centre de la Terre pour référence. La donne change alors complètement pour proposer deux nouveaux sommets.

Vous pouvez lire ce très intéressant paragraphe sur ce sujet.

Et puis ce qui va vous mettre le haricot en ébullition, c’est de savoir si le Sommet doit être mesuré au plus au point de la roche qui le compose, de la glace qui le recouvre ou du manteau neigeux qui l'habille ? Parce que d'une année sur l'autre, la mesure peut changer de façon importante si l'on considère que c'est la glace (le Mont Blanc gagne ainsi plusieurs centimètres chaque année) alors que la variation est infime pour la roche. Et que dire du manteau neigeux balayé par les vents ?

Quels sont les outils utilisées pour mesurer l'altitude ?

Je n'ai pas réussi à éplucher suffisamment les articles sur Internet pour répondre exhaustivement à cette question, mais il est déjà facile de citer quelques outils et certains de leurs inconvénients :
  • Mesure visuelle par triangulation : les angles sont mesurés entre un point dont l'altitude est connue et le Sommet vu depuis ce point, par exemple à l'aide de théodolites pour les mesures les plus récentes. Cela a été la méthode utilisée pendant très longtemps avant l'arrivée d'outils plus modernes. Il est facile de comprendre l'imprécision de cette méthode : un point référentiel doit être connu mais comment est mesuré l'altitude de ce propre emplacement ? Le temps qu'il fait au moment de la prise de la mesure peut également fausser la mesure, la courbure de la Terre est à prendre en compte pour les mesures prises de loin, ...
  • Mesure au télémètre laser : comment s'assurer que le laser pointe exactement au bon endroit ? Les conditions climatiques au moment de la prise de mesure peuvent également la fausser,
  • Mesure avec un GPS depuis le Sommet directement : tous les GPS n'ont pas nécessairement une précision au mètre et les calculs sont extrêmement compliqués pour assurer précision claire, d'autant plus que la Terre a une forme géoïde et qu'il faut donc prendre en compte sa position par rapport aux satellites au moment de la mesure,
  • ...
Les mesures prises pour le Sommet de l'Everest le situent, encore aujourd'hui, entre 8844 et 8850 mètres, bien que la mesure officielle retenue est de 8848 mètres.
Qui acte l'altitude mesurée d'un sommet ?

Et bien, encore une fois, tout dépend du pays concerné. De manière générale et majoritairement reconnue, c'est l'UIAA qui fait foi. Mais la Chine dispose également de sa propre équipe de géographes et c'est d'ailleurs elle qui est à l'origine d'une nouvelle polémique sur la liste des 14x8000.

Les intérêts de chacun entrant en jeu, il est parfois compliqué de savoir qui a scientifiquement raison. Les relations entre la Chine et le reste du monde ont par exemple été (sont toujours ?) suffisamment tendues pour que chacun se livre à une guerre des mesures mettant en avant les Sommets se trouvant sur son propre territoire...

Les Montagnes ont toujours été les otages des relations entre les pays, qu'elles soient commerciales, militaires ou simplement liées au ego de chacun. Ce ne sont pas les seules et ce n'est pas fini !

Remarques :
  • Je n'ai pas pu retrouvé l'article original concernant l'annonce principale. Si vous avez l'information je suis preneur !
  • Cet article ne se veut pas exhaustif sur les techniques, mesures, outils existant dans le monde, le travail serait bien trop important. Cependant, n'hésitez pas à compléter voire corriger à travers les commentaires certains points abordés ici, je serais le premier intéressé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire