samedi 9 février 2013

Communiquer au sein de la cordée (3) : Cordée Silencieuse

Voici le troisième article d'une série présentant les différents moyens de communication au sein d'une cordée. Le précédent traitait du talkie-walkie.

Cordée silencieuse

Le top du top est de travailler en cordée silencieuse. Pas une parole. Rien.


Comment faire ? Deux écoles :
  1. Les deux compagnons se connaissent suffisamment pour savoir que l'absence de tirage de corde veut dire que le relais se met en place. C'est risqué car si vous n'avez pas de ligne de visualisation sur votre grimpeur, vous pouvez libérez la corde alors qu'il est simplement en train de bloquer dans le crux... Personnellement, je ne pratique pas mais je sais que certains le font sans souci.
  2. De grands mouvements de tirage de corde permettent de transcrire une partie des ordres de base. Par exemple :
    1. Un grand coup : Relais ! Vaché !
    2. Deux grands coups en réponse : OK !
    3. Un grand coup : Départ !
    4. Deux grands coups en réponse : OK !
Cette seconde solution peut vous sortir de quelques situations délicates, notamment si la voix ne passe pas à cause du vent et que vous ne pouvez pas communiquer autrement. Il est important que les mouvements de tirage soient amples de façon à ce que qu'ils ne soient pas confondus avec l'avancée du grimpeur.

Elle présente cependant quelques inconvénients :
  • La corde peut se prendre dans une fissure. Là encore, cela m'est déjà arrivé, heureusement que nous avons pu communiquer directement, moyennant quelques gymnastiques,
  • La longueur de corde peut ne pas retranscrire le mouvement de part son élasticité. C'est déjà plus rare si vous faites vraiment de grands mouvements. En revanche, j'ai déjà vécu une situation que je n'aurais pas imaginé. Nous avions convenu avec mon compagnon de cordée de travailler volontairement la cordée silencieuse, par un jour de grand vent. Mais ce dernier était tellement fort que la corde volait littéralement et ne transmettait pas les consignes. J'ai vu, de mes yeux vu, mon premier de cordée tirer deux grands coups sans que je ne ressente absolument rien !
La cordée silencieuse est probablement symboliquement très fort, car elle nécessite une symbiose entre les grimpeurs qui ne s'acquiert pas du jour au lendemain. Elle permet de plus de ne pas se concentrer sur des éléments autres que la corde, évitant ainsi toute perturbation extérieure et conservant l'attention sur ce qui permet d'avancer vite. Les grimpeurs qui utilisent cette technique sont souvent très rapides dans leurs manipulations, non seulement du fait de la technique elle-même mais également de la synchronisation dont ils font preuve avec l'expérience.

Autre avantage, elle permet de conserver le silence dans des endroits superbes, de ne pas faire fuir la faune et surtout de laisser l'acoustique libre pour les échanges un peu plus "urgents" pour les autres cordées.

Dans le prochain article, nous parlerons de la communication par gestes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire