samedi 9 mars 2013

Communiquer au sein de la cordée (6) : Nouvelles Technologies

Voici le sixième et dernier article d'une série présentant les différents moyens de communication au sein d'une cordée. Le précédent article évoquait le très renommé MacGyver et ses solutions empiriques.

La transition est toute trouvée pour évoquer les nouvelles technologies et notamment ce que ce génie pouvait concevoir avec deux pots de yaourt et une corde : le talkie-walkie.

Il existe cependant également un nouvel appareil, le Salus, qui pourrait révolutionner, ou en tout cas aider, à la communication intra-cordée. Cet appareil fonctionne visuellement à l'aide de touches de couleur envoyant des signaux à son homologue. S'il souffre probablement de problèmes similaires au talkie-walkie (les ondes peuvent être bloquées par les rochers de la même façon, le code couleur est à connaître des deux côtés, ...), il résout cependant certains autres problèmes : le vent ne pourra plus venir gêner la compréhension (mais peut-être que le Soleil oui ?) et les sourds-muets pourront plus facilement évoluer en falaise (!!).

Je ne crois pas que ce produit soit déjà commercialisé mais il a le mérite d'attirer l'attention sur les difficultés de communication au sein d'une cordée et de trouver des moyens de contourner les problèmes.



Conclusion

Je termine cette série d'articles en rappelant une chose qui m'est chère : l'escalade, ou n'importe quel sport qui vous passionne, sert avant tout à vous découvrir et à partager avec les autres, à communiquer et échanger avec eux. J'ai évidemment axé ces articles sur les façons de communiquer dans des situations hors du commun, mais profitez de chaque rencontre, même au sol ou dans une salle, pour échanger, découvrir, apprendre ou enseigner.

Communiquez !!

Voici la liste intégrale des articles de cette série :

mardi 5 mars 2013

De nouveaux réunis...

La cordée mythique de nouveau réunie...


Patrick Berhault et Patrick Edlinger.

vendredi 1 mars 2013

Communiquer au sein de la cordée (5) : A la Mac Gyver

Voici le cinquième article d'une série présentant les différents moyens de communication au sein d'une cordée. Le précédent discourait par gestes.

A la MacGyver

Toute prise d'initiative, du moment que vous vous assurez qu'elle soit comprise par celui qui doit la recevoir, est la bienvenue. Signaux de fumée, pigeon voyageur, imitation de la galinette cendrée, tout est bon... Un Angus MacGyver se cache en chacun de nous.



L'idée de cette série d'articles m'est venue le jour où j'ai dû sortir le téléphone portable du sac, malgré les petits 40 mètres qui me séparaient de mon premier de cordée, pour arriver à communiquer avec lui. Le coût de ce relais (forfaits téléphoniques français pour les deux alors que nous nous trouvions en Belgique) n'a pas été neutre... Je n'aime pas l'utilisation du portable en falaise mais au bout de 20 minutes à ne pas se comprendre, il faut trouver des solutions...

Il faut donc faire avec les moyens du bord.

Connaissez-vous le "Téléphérique" ? Lorsque la configuration du rocher empêche les membres d'une même cordée de communiquer, ils sont parfois en mesure de parler avec les voisins-de-la-paroi-d'en-face, qui se chargent de faire le relais. Un couple d'amis s'est retrouvé bien aidé de cette manière et j'ai moi-même fait office de relais (avec des Belges), une fois ! Une façon originale de créer des liens...

Si vous réfléchissez un petit peu, vous pouvez également combiner les deux solutions précédentes. Votre téléphone ne passe pas suffisamment pour appeler directement les secours ? Envoyez un SMS à un proche, avec suffisamment d'informations permettant de vous localiser, qui fera alors le relais auprès de la Gendarmerie locale. Une fois le message écrit sur votre téléphone, il suffira de quelques secondes de réseau pour qu'il soit envoyé. Attention, la recherche de réseau est particulièrement consommateur de batterie.

Petit rappel : le 112 vous permet de joindre les secours dans votre langue depuis toute l'Europe. Ce numéro, comme d'autres numéros d'urgence, est prioritaire sur les ondes. Il suffit parfois de très peu de puissance de signal pour qu'il réussisse à passer.

Le mode Mac Gyver s'applique également aux différentes façons de créer une ligne de vue dégagée pour favoriser la communication.

Vous devez être à cheval sur une arête pour voir ce qui se passe des deux côtés ? Ce n'est pas un problème, au contraire ! Du moment que la configuration de votre relais ne vous envoie pas valser en cas de chute de votre grimpeur. Un arbre se trouve près du relais ? Il peut servir pour vous vacher.

Etc.

L'escalade et l'alpinisme, comme tous les sports de plein air, ont l'avantage de vous apprendre certaines choses : celles d'être autonomes et donc de devoir vous débrouillez par vous-mêmes. Expérimentez !

Dans le prochain article, je vous parlerai d'un outil qui pourrai révolutionner la façon de communiquer. Ou pas.