mercredi 26 février 2014

Moments de Grâce

L'escalade est, comme beaucoup de sport qui se pratique majoritairement seul, avant tout une bataille contre soi-même. Une bataille physique, mais aussi et surtout une bataille mentale.

Contrairement au sport d'équipe où la faiblesse passagère de l'un sera noyée dans la masse (ou remplacée...), le moindre coup de mou s'y verra rapidement... Le crux de la voie en projet ne passera décidément pas. Même les voies un peu plus faciles qui s'enchaînent d'habitude rapidement sont de véritables forteresses imprenables...

Et inversement, pour une raison inexpliquée, parce que le contexte ou l'ambiance est là, c'est le contraire qui se produit. Un moment de grâce où tout passe ! Le petit graton tient dans un poing ferme et convaincu. La main vient enrouler une prise à la perfection. Le pied se pose avec précision, rapidité et délicatesse. Le blocage d'épaule permet même de relancer. Les voies dures s'enchaînent, parfois un ou deux niveaux au-dessus de votre cotation habituelle.

Ces moments là sont magiques. Même si au final la voie ne s'enchaîne pas, aucun mouvement ne pose problème ; l'enchaînement n'est plus qu'une affaire de physique et de continuité. On a l'impression que rien ne peut nous arrêter, qu'une autoroute est devant nous et que les difficultés s'aplanissent. On ressort de la salle avec les doigts qui tirent parce qu'ils ont bien travaillés, non pas parce que l'on a forcé. Et ça fait du bien au moral !

Même si ces moments sont passagers (et l'escalade est un sport où il faut se méfier de la chute...), ils nous montrent ce que l'on est capable de faire au meilleur de nous-même. Que la persévérance permettra de transformer ce premier essai, ce petit moment béni qu'un vasistas nous a laissé entrapercevoir. Ils nous donnent l'espoir et surtout l'envie, la certitude, la conviction que le niveau ne va cesser de grimper, que l'échelle des cotations n'est pas fermée.

Ah que ça fait du bien de grimper ! Que ça fait du bien d'aller retrouver son niveau petit à petit après une longue interruption ! Quand est-ce que les mains seront de nouveau couvertes de blanc ?

Ah, Grimper !